Seine Maritime Attractivité
Réussir mon projet en Seine-Maritime

L'économie et ses filières

Avec 503 000 emplois, la Seine-Maritime se classe au 12ème rang des départements français. Le tissu économique est diversifié et structuré autour de quelques filières clés, notamment industrielles.

L’industrie maritime et portuaire est largement développée grâce aux deux ports maritimes du Havre et de Rouen. Le port du Havre (près de 66 millions de tonnes de trafic en 2016) est le 1er port français de conteneurs tandis que le port de Rouen (21 millions de tonnes de trafic en 2016) est le 1er port céréalier ouest-européen.

La filière de l’énergie, majeure en Seine-Maritime, se structure autour :

  • De l’activité nucléaire du fait de la présence des deux centrales littorales à Paluel et Penly (6 réacteurs au total) et d’un tissu d’entreprises co-traitantes.

  • Du raffinage, avec les deux raffineries en Vallée de Seine (ExxonMobil et Total) ainsi que le port pétrolier d’Antifer.

  • Des Énergies Marines Renouvelables, en raison des deux projets de parcs éoliens offshore programmés en Seine-Maritime.
    Un parc au large de Fécamp, qui doit être mis en service en 2021. Il comprend 83 éoliennes pour une puissance totale de 498 MW et doit couvrir les besoins en électricité de 770 000 personnes. Le port du Havre accueillera le site de construction des 83 fondations gravitaires prévues pour les éoliennes.
    Un autre projet au large de Dieppe et du Tréport qui prévoit l’installation de 62 éoliennes pour une puissance totale de 496 MW. Il devrait produire en moyenne 2000 GWh par an, ce qui représente la consommation électrique annuelle d’environ 850 000 personnes. La mise en service est prévue pour 2021.

  • Des unités de production d’hydrogène (Cryocap™, H2V Product) en pleine expansion.

L'industrie du verre, dans la Vallée de la Bresle, structurée au sein de La Glass Vallée, est le premier pôle mondial du flaconnage de luxe. Il produit plus de 75 % de la production mondiale de flacons de luxe pour la parfumerie, les spiritueux ou la pharmacie. La Glass Vallée fédère 65 entreprises et plus de 7 000 salariés. C’est un cluster unique à l’échelle européenne.

Le Tréport - Atelier du verre

Le Tréport - Atelier du verre

L'industrie automobile est particulièrement bien représentée en Normandie et en Seine-Maritime, avec des sites de production parmi les plus importants de France (Renault Cléon, Renault Sandouville) et le site spécialisé en petites séries de Dieppe qui assemble la nouvelle Alpine ainsi que les Clio RS.

La filière aéronautique est organisée à l’échelle normande autour de Normandie AerosEpace. Bien implantée en Seine-Maritime, la filière compte de grands donneurs d’ordres (Thales, Zodiac, Revima…) mais aussi un tissu de PME. La filière est également présente dans la recherche et l’innovation avec des laboratoires et des formations spécialisées au Havre et sur la métropole rouennaise.

La Seine-Maritime conserve en parallèle de ces activités industrielles une identité rurale et agricole très forte.
L’agriculture se caractérise par l’élevage bovin (laitier et viande) et les grandes cultures.
Le territoire est un acteur majeur de la filière du lin puisque le département est le 1er producteur de lin en France et il accueille des entreprises leader dans la transformation de cette fibre y compris pour les composites biosourcés.

Tournée vers la mer, la Seine-Maritime abrite 5 ports de pêche dont 2 équipés d’une criée (Dieppe et Fécamp). Elle s’appuie sur 130 navires et plus de 600 marins pêcheurs. Essentiellement artisanale, la pêche est spécialisée dans la coquille Saint-Jacques, le hareng et le maquereau.

Vaches©H.Zangl

Vaches©H.Zangl

Si l’activité de pêche en elle-même constitue déjà un volume d’emploi non négligeable, la présence sur le territoire de l’ensemble des composantes de la filière (mareyeurs, transformateurs, grossistes, commercialisateurs) fait de ce secteur une activité structurante à forte valeur économique.

En plus des industries agroalimentaires liées à l’agriculture ou à la pêche, la Seine-Maritime compte plusieurs implantations d’envergure comme Segafredo Zanetti, Ferrero, Pasquier...

Champ de lin

Champ de lin

Au fil de la Seine©V.Rustuel

Au fil de la Seine©V.Rustuel

Le tourisme constitue un secteur majeur pour l’économie normande et notamment en Seine-Maritime. La renommée de la Normandie, ses paysages variés, son littoral et ses sites remarquables comme Étretat, Le Havre ou Rouen confèrent au territoire une forte identité touristique et des perspectives de croissance dans le secteur très favorables.

Avec plus de 3 millions de séjours touristiques annuels, la Seine-Maritime fait partie du TOP 25 des destinations départementales françaises les plus attractives.

Ce sont plus de 11 millions de nuitées françaises et étrangères qui sont comptabilisées chaque année dans les hébergements marchands et non–marchands situés sur le territoire départemental.

Destination touristique de proximité pour les bassins parisien et des Hauts-de-France ainsi que du Benelux et du Sud de l’Angleterre, la Seine-Maritime est fréquentée majoritairement lors de week-ends et de courts séjours (68,6% des séjours sont inférieurs à 4 nuits).

Cette fréquentation génère quelques 554 millions d’euros de dépenses dans les services touristiques proposés. En moyenne, un touriste dépense 57 euros par nuit passée en Seine-Maritime. 

En matière d’emplois, l’activité touristique de la Seine-Maritime génère en moyenne annuelle 10 660 emplois. En pleine saison touristique ce nombre passe en moyenne à 13 360 emplois, répartis entre la Côte d’Albâtre (42%), la Vallée de la Seine (47%) et les Pays de Caux, Pays de Bray et Vallée de la Bresle (11%).

Côte d'Albâtre©V.Rustuel

Côte d'Albâtre©V.Rustuel

Le secteur de la pharmacie / santé / biotechnologies est bien représenté avec de gros opérateurs comme Aspen, Oril, Sanofi ainsi qu’un pôle de santé majeur (CHU, Faculté de médecine et de pharmacie) et d’une zone Innovation Santé à Rouen comprenant les pépinières et hôtels d’entreprises Seine Biopolis en plein essor.

Un pôle industriel autour de la chimie historiquement présent sur le territoire avec des entreprises d’envergure internationale (Labriola, BASF, Chevron Oronite…).

L’économie numérique se développe largement et constitue un vecteur d’innovation pour l’ensemble des secteurs d’activités. L’écosystème numérique est notamment rassemblé autour du mouvement d’entrepreneurs NWX (Normandie Web Xperts) et d’événements récurrents comme le NWX Summer Festival et s’appuie sur un réseau d’incubateurs et d’infrastructures favorisant le développement de la filière. La labellisation Normandy FrenchTech confirme la vitalité du tissu économique local.